602 MILLIARDS DE FRANCS MOBILISÉS PAR LA DGI

L’avènement du Directeur général José Sele Yalaghuli à la tête de la Direction générale des impôts (DGI) a boosté beaucoup de choses dans la collecte des recettes pour les caisses de l’Etat. 

Hormis les précédentes performances réalisées jusque-là sous José Sele, la Direction générale des impôts vient d’atteindre le cap de 602 milliards de Francs congolais en avril 2018 comme résultats provisoires, contre les assignations de 379 milliards, soit une différence positive de 223 milliards de Francs.
En ce mois d’avril consacré à l’échéance fiscale, les stratégies mises en place par le manager de la DGI ont conduit les assujettis à se presser pour faire leurs déclarations sur les bénéfices. Les régies financières RDC ont donné leurs résultats provisoires le week-end dernier en termes des recettes.


La Direction générale des impôts (DGI), la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA) et la Direction Générale des Recettes Administratives, judiciaires, Domaniales et de Participation (DGRAD)  ont ensemble, percé les assignations du mois d’avril 2018.

En ce qui concerne la Direction générale des impôts, 602 milliards de Francs congolais ont été mobilisés en avril 2018 contre des assignations de 379 milliards, soit une différence positive de 223 milliards de Francs. Un taux de réalisation de 158,84%. Cette belle performance est la suite logique d’autres réalisations enregistrées depuis l’arrivée de José Sele. Le mois d’avril étant consacré à l’échéance fiscale, les stratégies mises en place par le manager de la DGI ont conduit les assujettis à se presser pour faire leurs déclarations sur les bénéfices.


Véritable coup de chapeau pour le comité Sele qui, dans un contexte aussi difficile, la Direction générale des impôts a pu réaliser une performance sans précédente. Selon des spécialistes en matière fiscale, quatre éléments expliquent cette réussite. D’abord, un meilleur encadrement de l’échéance, une meilleure communication permanente avec les services, un échange direct et soutenu avec les contribuables et la montée en puissance de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) suite aux mesures fiscales contenues dans la Loi de finances en 2018.

Le numéro 1 de la DGI a su jouer avec les conditions sociales. Cette politique fait de sa gestion, un management efficace.Selon les données en notre possession, depuis le début de l’année 2018, la moyenne du taux de réalisation mensuelle des recettes fiscales est de 171,51%.

Christel Djamano.

Rcongonews