Elections en RDC: l’opposition impose des amendements pour signé le protocole d’engagement de la SADC

En RDC, les dicussions sur un acte d’engagement pacifique ont patiné en début d’après-midi dans la capitale. C’est la communauté de développement d’Afrique Australe, la SADC, qui le propose pour prévenir les violences avant les élections de dimanche. Ce samedi 29 décembre, la Céni et le candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary ont signé le texte. De leur côté, les deux opposants Martin Fayulu et Félix Tshisekedi réclamaient des modifications significatives et ils ont finalement décidé de ne pas signer le document.

Dans le document préparé par la SADC que RFI a pu consulter, les principaux candidats à la présidentielle sont censés s’engager à « se conformer pleinement à la Constitution », « œuvrer à la sauvegarde de la paix » et « s’abstenir et exhorter leurs militants à s’abstenir de tous comportements ou propos violents pendant le processus électoral ».Mais l’opposition estime que le risque de violence ne vient pas d’elle mais de la Commission électorale et de la façon dont ce processus a été préparé. Elle réclamait donc que la Céni s’engage elle aussi par écrit à respecter un certain nombre de principes censés garantir la crédibilité du scrutin et que la Céni soit ainsi pleinement signataire de ce texte et pas seulement témoin comme c’est le cas actuellement.

L’opposition réclamait 11 amendements

Les deux coalitions d’opposition réclamaient en tout 11 amendements parmi lesquels : assurer que le comptage manuel des bulletins de vote fera foi et seulement celui-là, que les résultats seront affichés devant chacun des bureaux de vote, que tous les témoins des partis politiques seront accrédités d’ici demain car le compte n’y est pas encore et enfin que les témoins des partis politiques soient autorisés à assister au dépouillement, à signer les procès-verbaux et à suivre leur acheminement jusqu’aux centres de compilation des résultats.

Des engagements que la Céni avait pris vendredi verbalement au cours d’une première réunion de concertation, mais pour les opposants, cela ne suffit pas. Ce n’est pas tout, la coalition Lamuka de Martin Fayulu réclamait aussi que le vote ait lieu sur tout le territoire y compris à Beni, Butembo et Yumbi, ce qui est sans doute l’un des points les plus délicats. Ce samedi soir les deux principales coalitions de l’opposition ont réfusé de signer le pacte d’engagement qui leur était soumis. Selon les opposants, la SADC après leur avoir promis que le texte serait amendé, leur aurait finalement expliqué que les modifications qu’ils demandaient étaient trop techniques et pas de son ressort.

P.A.A

Share via