Félix Tshisekedi: 105 jours, oui 105 jours d’une traversée périlleuse du désert 🐪 sans un gouvernement à l’horizon.

On compte inlassablement les jours ensemble qui deviennent, un calvaire, un véritable cauchemar pour les congolais…

105 jours, oui 105 jours d’une traversée périlleuse du désert 🐪 sans un gouvernement à l’horizon. Un désastre qui se

traduit par trois choses suivantes :

1-incapacité de l’écervelé de Félix Tshilombo Bizumungu à rassurer la population qui redoute un éventuel chaos;

2-la dilapidation de deniers publics en creusant un trou abyssal sur le compte du Trésor Public et BCC;

3-La super-puissance de celui qui devrait être Out, l’imposteur Joseph Kabila, qui devenu encore plus fort qu’auparavant. Le Roi de rois qui vient bâtir une citadelle autour de sa clique et surtout autour de sa famille qui occupent des postes clés, stratégiques de la république, grace à son deal contre la Nation.

Les congolaises et congolais ont-ils choisi cette continuité, en allant voter massivement pour un réel changement ?

Qu’est-ce que le souverain primaire cherchait en mettant son bulletin de vote dans l’urne, n’est ce pas, la vraie rupture et le renouvellement de la classe politique congolaise ?

Pourquoi ce malheur persiste t-il et qui en est le responsable ?

Mais bon sang, quelle mouche a-t-elle piqué, cet écervelé de Félix Tshilombo Bizumungu pour se trouver dans un tel inconfort institutionnel et constitutionnelle avec au bout sa grande haute trahison ?

On n’arrête dans notre cauchemar éveillé, de se demander, comment a-t-il pu trahir le combat de son défunt père qui s’est construit une réputation incontesté et incontestablement de nationaliste ?

La réponse de tous nos questionnements réside sur un point.

Où, cet individu (Félix) qui s’est retrouvé dans la famille de Tshisekedi par un triste concours de circonstances et de cela aussi viendrait la guerre acharnée entre Tshisekedi et Mobutu qui n’avait rien à voir avec son combat politique (E.Tshisekedi).

D’ailleurs, les mauvaises langues disent de lui qu’il serait le fils illégitime de Mobutu, par rapport à un « Tshibahu » ( rite contre adultère), qui s’est produit durant les règnes de Mobutu.

Une chose est certaine, le vieux Étienne Tshisekedi ne l’a jamais fait confiance, raison pour laquelle ce cancre ne porte pas le nom emblématique de Tshisekedi.

Aujourd’hui, son pouvoir usurpé par un deal qui devient pour sa présidence un boulet. Pour sortir de la «merde », il fera appel à certains rapaces opportunistes, loin du patriotisme pour consolider son pouvoir qui tangue comme un bateau à la dérive.

Jean Claude Muyambo, Jean Claude Vuemba, le vieux Kyungu, Sindika Dokolo, et surtout le fourbe de haut vol, Moïse Katumbi, l’homme chauve-souris 🦇, sont des mules politiques pour le Cancre de la Cité de l’UA.

Croit-il réellement que le peuple, le suivra avec ses calculs politiques et politiciens sur la population ?

Ceux qui se sont approchés de son pouvoir d’usurpation, obtenu par fait de passe-passe avec un dangereux criminel, indexé par plusieurs rapports s’en sortiront-Ils ?

Cela étant dit, quoiqu’il fasse, le peuple n’est plus dupe et observe non dans la nonchalance, mais en attente d’un signal fort, autrement, il agira en conséquence (soulèvement populaire).

Si Moïse Katumbi, l’homme aux multiples vrais-faux passeport croit-il sauver le pantin nommé qui végète à la Cité de l’UA, il ira de surprise en surprise.

La preuve, le peuple congolais le désavoue et le met en garde par rapport à sa félonie. Et dit haut et fort, que la plateforme « Lamuka » n’est pas une structure politique qui pourra servir de marche pieds pour qui que ce soit !

Il rajoutera,(le peuple)à juste titre que cette plateforme est constituée que de congolais qui veulent un véritable changement. Par conséquent, c’est le peuple qui décide.

Par voie de conséquence et au regard de ses déclarations alambiquées à la télévision 📺 française et sa traîtrise prouvée, il est viré sur le champ ! Je dis bien viré de « Lamuka » sans autre forme de procès.

Moïse Katumbi dans son arrogance démesurée, croit avec sa surface financière volée au peuple en pillant le Katanga, acheter la conscience tout le monde et se permet dans sa niaiserie, et inculte embarquer les gens dans sa folie…L’argent volé rend fou !

Il a des comptes à rendre au peuple, mais particulièrement à une personne qui vient de quitter le Cuba 🇨🇺 précipitamment pour se replier à Lubumbashi dans quelques jours.

Comme par hasard, ce jour correspond à l’arrivée de notre « Katangais d’adoption », puisque mère est zambienne (ancienne gouvernante du père de Katoto) et son père juif italien.

Ce retour stratégique et remplit de haine de l’imposteur Kabila, augure deux choses : démontrer sa suprématie face au pantin de Félix Tshilombo qui veut le défier indirectement.

Il voudrait mettre tout le monde d’accord et dire à tout ce petit monde qui doute encore de sa capacité de nuisance, que c’est lui, le maître de circonstances en RDC.

Il veut également d’après des informations qui nous parviennent, faire la peau à ce qu’il a surnommé de sa propre bouche « le Juda », qui l’a trahi sur trois affaires que ce fermier improvisé de Kingakati ne digère pas encore.

Pour sa gouverne, Moïse Katumbi devrait savoir que c’est un parfait rancunier et ne lâche rien puisque sa vie en dépend.

Le Katanga s’enflammera t-il ?

Pour l’instant, c’est le dernier de ses soucis. Il s’est constitué un véritable Arsenal qui fera pâlir une armée de la sous-région avec ses missiles et armes achetées aux russes qui en outre jouent aux conseillers militaires et stratégiques.

Chacun veut sauvegarder ses parcelles d’intérêts. Les intérêts de Moïse Katumbi seraient malheureusement juifs et américains, non congolais.

Il a choisi la date du 20 mai, qu’il descende à Lubumbashi, s’il est garçon, comme disent les ivoiriens.

Moi je parie qu’il ne descendra pas au Congo, le connaissant comme étant, un trouillard, un trou du cul…

Prenons tous le pari ! Le match qui va se jouer à Lushi n’a rien de plaisant match de Football avec son équipe de TP Mazembe.

Là, il y aura des morts et effets collatéraux, en référence avec des propos glauques de Félix Tshilombo, utilisés au mémorial rwandais, pour qualifier les 8 millions de morts fauchés dans l’Est de la RDC.

Entretuez-vous, et réglez entre vous, vos comptes, le congolais sera là pour compter les coups et par ricochet, les morts.

Le nettoyage se sera naturellement sans que le peuple intervienne dans cette fourberie orchestrée pour le clochardiser.

Roger Bongos

Journaliste d’investigation proche du proche…

Share via