Démocratie ou Dictatocratie : Quand le FCC élargis sa majorité parlementaire

Avec ces arrêts de la Cour constitutionnelle, c’est le FCC qui se trouve réconforté dans sa majorité à l’Assemblée nationale. Désormais, le FCC règne en maître à la chambre basse du Parlement où il est pour le moment capable d’actionner tous les mécanismes, jusqu’à bloquer la marche de l’État.

« En réalité, derrière les arrêts de la Cour constitutionnelle, il y a cette main invisible du FCC. Ce n’est pas pour rien que ce sont juste les députés nationaux de l’opposition, en l’occurrence Lamuka, qui ont été visés. C’est un montage grossier mis en place pour donner au FCC l’occasion d’avoir le contrôle parfait de l’Assemblée nationale. Les arrêts de la Cour sont véritablement une négation de la démocratie pour laquelle le peuple congolais s’est battu. C’est le retour à la case départ », a indiqué un haut cadre de Lamuka.

 

Il faut signaler qu’avec cette majorité confortable à l’Assemblée nationale, le FCC a donc le champ libre pour mettre en œuvre son plan politique qui, à terme, vise la révision de la Constitution pour non seulement assouplir les conditions d’élection du président de la République, mais aussi baliser la voie pour le retour à la magistrature suprême de son autorité morale, Joseph Kabila. Les 2/3 des membres recherchés depuis le démarrage de nouvelles institutions de la République par le FCC devient une réalité. Gare aux étincelles!

 

RCN

Share via