Le mariage précoce crime majeur contre l’épanouissement de la jeune fille en RDC


Le mariage précoce et forcé des jeunes filles est une pratique répandue en République Démocratique du Congo. Plusieurs rapports citent les parents comme les premiers responsables qui exposent leurs filles à ce danger. Dans le cadre de ce reportage, nous avons joins au téléphone à Kisangani dans la province de la Tshopo une des victimes du mariage précoce. Femme de religion musulmane, Zeinab Hassan est aujourd’hui âgée de 39 ans, à l’époque où elle a été donnée en mariage elle n’avait que 13 ans et après trois années son mari l’a abandonné avec deux enfants. S’en est suivi de la mort de sa grand-mère qui l’aidait à élever ses enfants. Dans l’interview qu’elle a accordé à Rcongonews, Zeinab Hassan avoue que ce mariage constitue le pire cauchemar de sa vie, celui-ci a brisé ses rêves et l’a complètement ruiné à tel point qu’elle a perdu le goût de vivre. Devant elle aujourd’hui, elle ne voit que l’obscurité et aucun espoir pour un lendemain meilleur.

Ci-dessous l’intégralité de cette l’interview.

Question1/ Pouvez-vous nous expliquer les circonstances dans lesquels vous vous êtes marié ?

Réponse : C’est en 1993 alors que j’avais 13 ans d’âge, j’étais en deuxième secondaire que j’ai été donnée en mariage selon la culture musulmane par ma grand-mère à un sujet Nigérian venu faire le commerce à Kisangani. Au bout de 3 ans je me suis retrouvée avec deux enfants tous garçons Ousman et Adraman. Un jour mon mari m’a dit qu’il devait faire un petit voyage au Nigeria et qu’il n’allait pas tarder à revenir. Depuis lors je me suis mise à compter le nombre des jours, des mois et des années jusqu’à ce que je me suis rendue compte qu’il était parti pour du bon.

Question 2/ Comment avez-vous vécu les années de l’absence de votre mari ?

Réponse: J’ai vécu des moments difficiles, des moments de peines et de douleurs que pour rien au monde je ne souhaiterais à une autre jeune fille. Rien qu’à penser que j’avais interrompu mes études très tôt et je suis devenue fille mère avant l’âge me donnait l’envie de me suicider. Un autre fait qui a exacerbé ma souffrance fut la mort de ma grand-mère. Après son décès la situation était encore difficile à gérer sur le plan social vue que moi et mes enfants dépendons totalement d’elle. Fille orpheline, ma mère est morte au moment de ma naissance. Ce qui fait que j’ai passé toute mon enfance aux côtés de ma grand-mère, qui plus qu’une sécurité, elle était tout pour moi. Ce choc m’a beaucoup traumatisé.

Question 3/ Comment êtes-vous parvenue à élever vos deux enfants après tout ce qui vous est arrivée ?

Réponse: D’entrée de jeu, je dirais que je ne suis pas satisfaite de l’éducation de mes enfants. Ceci est mon plus grand regret. Mes enfants n’ont pas pu étudier faute des moyens financiers. Le faite pour moi d’avoir arrêter les études en deuxième secondaire et de s’être mariée avant l’âge ne m’a pas permis d’exercer une activité ou d’apprendre un métier capable de m’aider à subvenir aux besoins de mes enfants. Aujourd’hui ils sont tous devenus mototaximan, un métier que je trouve sans avenir. J’ai comme l’impression d’avoir vécu pour rien.

Question 4/ Avez vous un message à lancer à l’endroit des parents qui continuent de donner leurs filles en mariage avant l’âge requis ?

Réponse : Le message que je peux lancer est celui de décourager les parents qui continuent de perpétuer ces pratiques d’une autre époque. Pour moi, le mariage précoce est non seulement un frein au développement de la femme mais aussi de toute la société. La jeune fille mérite d’avoir toutes les chances de réussir dans la vie au même titre que le jeune garçon. Le mariage précoce doit être totalement bani et proscrit de la société, car il brise les rêves des plusieurs filles et les maintiennent dans la pauvreté. Je pense que la jeune fille a des compétences et des atouts majeurs à même de faire avancer la société. Les stéréotypes du genre la femme est faite pour être au foyer et le garçon à l’école doivent être cassés.                                                   par Cleverly Dylan Gaye