Les enseignants du Sud-Kivu devant la résidence de vital kamerhe à Bukavu

Sit-in de quelques enseignants membres du Syeco devant la primature, le 2/03/2011 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Les enseignants  du Sud-Kivu demandent au directeur de cabinet du chef de l’état à prendre au sérieux la question la prise en charge de la prime par les parents depuis plus de vingt. Selon leur correspondance adressée à vital kamerhe directeur de cabinet du chef de l’état présent à Bukavu.

 

Dans son mémorandum remis ce lundi 8 juillet 2019,ces enseignants renseignent que c’est depuis 1993 que les Parents Passent dans ce calvaire de prime nommé crime en 2010,selon Roger matabaro secrétaire provincial du syndicat des enseignants du Congo (syeco) ‘‘nous ici chez le directeur de cabinet du chef de l’état pour le rappeler la gratuite de l’enseignement cette édition de 2019-2020 à la prise en charge des enseignants par les parents qui a occasionné des conséquences néfastes a notre système éducatif, notamment : la baisse du niveau d’enseignement, l’abandon involontaire de plusieurs élèves issus de familles majoritairement pauvres ,la non livraison de pièce scolaire a temps opportun ,la clochardisation de l’enseignant et bien d’autres’’.

Ces enseignants et associations des parents du Sud-Kivu rappel le directeur de cabinet du chef de l’état la promesse sur la gratuité de l’enseignement à l’école et secondaire  de l’année scolaire 2019-2020,toute en réitérant son soutien sur le propos du président de la République, le professionnel de la craie proposent quelques pistes de solutions entre autres :‘‘la mise en place d’une commission de contrôle mixte Pour la maîtrise de vrais effectifs pendant ces grandes vacances de l’année 2018-2019, convocation d’une commission paritaire (gouvernement-syndicats des enseignants après la maîtrise des effectifs, en vue de fixer un barème salarial, retraiter honorablement les enseignants en âge de retraite, payer les frais de fonctionnement aux écoles et bureaux gestionnaires’ ’indique leur correspondance.

 

Notre source affirme que des actions de grandes envergures seront menées si l’état Congolais ne trouve gain de cause à leurs revendications.

 

Joseph manegabe correspondant  rcongonews sud Kivu

Share via