RDC: Pourquoi la police a-t-elle dispersé la marche contre la candidature de Thambwe Mwamba à la présidence du Sénat à Kinshasa


La police a dispersé ce jeudi 11 juillet à Kinshasa la marche du regroupement des mouvements citoyens, associations et activistes indépendants contre la candidature d’Alexis Thambwe Mwamba à la présidence du Sénat. La dénonciation a été faite Fred Tshinanu, coordonnateur de l’association Forces agissantes pour le renouvellement des dirigeants congolais.

 

Pourtant, indique-t-il, dans une correspondance du 8 juillet, ce regroupement a informé le gouverneur de la ville de Kinshasa, de la tenue de ses marches pacifiques pour interpeller l’autorité morale du FCC à revoir son choix quant au profil du futur président du Sénat et de proposer « une personnalité qui ne pourra pas souiller la diplomatie de la RDC ».

« Nous voulons d’abord rappeler à tous les dirigeants de notre pays, que la gestion de notre Etat n’est pas une exclusivité d’un clan politique ou d’un regroupement politique au pouvoir, soit-il, pour commencer à nous imposer les gens qui répondent à leur profil, à leurs intérêts et non à celui des Congolais », a indiqué Fred Tshinanu.

 

Il a par la suite évoqué les raisons qui poussent son organisation à protester contre la candidature de Thambwe Mwamba comme président du Sénat : « C’est un seigneur de guerre, présenté comme un chef de guerre par M’zee Laurent-Désiré Kabila », affirme-t-il faisant allusion à l’abattage d’un avion civil avec plus de 50 passagers par les éléments de la rébellion du RCD dont M. Thambwe Mwamba était un cadre. Un dossier qui lui a valu des poursuites par la justice belge. « Et donc, le chef de l’Etat doit s’imposer en tant que garant de la Nation, pour chercher à rectifier cela, sinon, ça va souiller son action au sommet de l’Etat », estime Fred Tshinanu.

 

P.A.A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *