RDC : Du 12 au 17 Août, l’ONG YMAE prendra part actif au forum sur la gratuité de l’enseignement

L’ONG Young Man Association for Education (YMAE ONG) soutient la mise en œuvre effective, durable, complète et intégrale de la gratuité de l’éducation de base en République Démocratique du Congo conformément à la législation internationale et nationale à la matière.

 

C’est dans cette optique que depuis le lundi 05 Aout 2019, « Y MAE ONG », par le truchement de son secrétaire général, Serge BONDEDI ELEYI, prend part actif, en qualité d’expert, aux travaux préparatoires du forum national sur la gratuité de l’éducation de base en République Démocratique du Congo (RDC) qui se tiendra, à Kinshasa, du 12 au 17 Août 2019 courant. C’est dans un élan d’espérance et d’optimisme, que « YMAE ONG « salue et encourage la tenue de ces assises pour lesquelles, les espoirs et les regards des milliers des populations en général et des parents et élèves en particuliers sont focalisés et tournés. « YMAE ONG » rappel que « rendre l’éducation de base gratuite constitue un droit inaliénable et imprescriptible en faveurs des enfants ».

Il revient à l’Etat Congolais au regard du droit international et national de s’y engager réellement. D’où, une responsabilité régalienne de la part des détenteurs du pouvoir public et non par contre, une quelconque faveur à obtenir. Toutefois, « YMAE ONG » note positivement la dynamique engagée et le courage tant démontré par les décideurs de prendre à bras le corps cette question cruciale de la gratuité tant attendue depuis plus d’une décennie ;

En guise de conclusion, » YMAE ONG » espère et s’attend à la concrétisation de cette dynamique qui passe obligatoirement, par la reprise gratuitement des classes le lundi 02 septembre 2019 en faveur des élèves comprises dans la tranche articulatoire de l’éducation de base d’une part, et d’autres part, par des mesures d’encadrement allant dans le sens de la suppression et/ou de la réduction des frais même au niveau du secondaire.

 

L’occasion faisant le larron, elle exige, dans l’élan de la gratuité de l’enseignement comme l’a promis le Chef de l’Etat dans sa politique qualifiant d’injuste la prise en charge de l’enseignement par les ménages rendu public lors de son discours d’investiture le 24 Janvier 2019 et dès après sa prise de fonction, la suppressions des frais du TENAFEP et de l’EXAMEN D’ETAT d’autant plus qu’elles sont toutes, des évaluations pour lesquelles l’Etat est et doit demeurer le pouvoir organisateur et pourvoyeur des fonds et non de parents en vue de garantir, et de promouvoir des évaluations de qualité dédouanées des actes et des pratiques contraires à l’éthiques professionnels et aux bonnes mœurs dont les frais de participation demeurent la principale cause.

 

 

 Serge MAVUNGU

Share via