Ebola à Goma : Après la vaccination de 1300 personnes cas l’OMS ne signale qu’aucun nouveau cas confirmé n’a été signalé depuis le rapport précédent

L’Organisation mondiale de la Santé a annoncé avoir vacciné plus de 1 300 personnes potentiellement contaminées par le virus Ebola dans la ville congolaise de Goma, contribuant ainsi à contenir ce que beaucoup craignaient comme une propagation rapide dans un centre urbain. Une épidémie d’Ebola qui dure depuis un an dans l’est de la République démocratique du Congo a tué au moins 1 800 personnes, ce qui en fait le deuxième bilan le plus lourd de tous les temps. Les efforts déployés pour contenir le virus ont été entravés par la violence des milices et une certaine résistance locale aux ingérences extérieures.

Goma, une ville lacustre de près de 2 millions d’habitants située à la frontière rwandaise, est en alerte maximale depuis une semaine après qu’une mine d’or d’une famille nombreuse ait contaminé plusieurs personnes avant de mourir. « Les activités de vaccination en cours ont atteint la majorité (98%) des contacts éligibles et 1 314 contacts, contacts des contacts et agents de première ligne (ont été vaccinés à ce jour) », a déclaré l’OMS dans un communiqué publié la semaine dernière.

Aucun nouveau cas confirmé n’a été signalé à Goma depuis le rapport précédent de l’OMS, le 2 août.


L’utilisation d’un vaccin expérimental contre le virus Ebola, mis au point par Merck, s’est révélée être une arme essentielle contre la fièvre hémorragique, bien qu’il ait été difficile d’avoir des contacts dans les zones rurales en proie à la violence. Le succès du vaccin a été plus évident dans les villes où les contacts peuvent être plus faciles à localiser, contribuant ainsi à éviter les ravages généralisés observés dans les zones densément peuplées lors d’une épidémie en 2013-2016 en Afrique de l’Ouest, qui a tué plus de 11 000 personnes.  

 

P.A.A   

Share via