Fin des consultations du Gouvernement en RDC : Quelle place pour BAHATI LUKWEBO, perturbateur du FCC-CACH ?

Près de huit mois après la passation pacifique du pouvoir au sommet de l’État, les négociations s’étaient déroulées uniquement au sein de deux coalitions CACH-FCC pour gouverner ensemble notamment pour désigner les animateurs des 65 postes ministériels qui sont déjà sur la table du Premier ministre Sylvestre Ilunga ILUNKAMBA pour la composition de son équipe. Mais l’on constate que dans ce gouvernement avenir même la société civile est exclue. C’est dans cette lignée, Modeste BAHATI LUKWEBO, candidat malheureux au perchoir du Sénat, multiplie les consultations. Lui qui est déjà radié du FCC, continue à réclamer au nom de son poids politique quelques postes ministériels sur le quota du FCC. Fera-t-il partie du gouvernement ou finira-t-il dans l’opposition ?

Pas plus loin que le week-end dernier, le professeur BAHATI LUKWEBO est allé à la rencontre du premier ministre ILUNKAMBA, il ne s’est pas arrêté là, il a été reçu par le président de la République. Si du côté FCC tous sont catégoriques sur le fait que BAHATI n’a même pas droit une portion de l’éléphant, côté du CACH les voix se lèvent et les avis sont partagés entre ceux qui estiment que Modeste BAHATI LUKWEBO « continue à rêver » et ceux qui ont fait sortir les calculatrices et s’interrogent sur l’éventualité fronde contre ce gouvernement avenir bientôt.

Alors, pour que ce gouvernement soit investi, il faudra 251 parlementaires sur 500. En théorie, si les députés du CACH et du FCC votent tous pour le premier ministre ILUNKAMBA, il devrait avoir une majorité confortable, plus de 300 députés. Mais d’autres membres de cette coalition CACH-FCC ont laissé entendre que « jusqu’au bout, avec les petits partis, ce sera le chantage ».

Mais ira-t-il à l’opposition ? A l’heure actuelle, AFDC-A de BAHATI LUKWEBO est inscrit à l’Assemblée nationale comme étant un groupe parlementaire de la majorité, il a participé aux négociations à côté du FCC presque jusqu’au bout. Avant de s’exprimer librement ses ambitions politiques à la présidence du Sénat. Exclu ou pas du FCC, le professeur BAHATI entend bien continuer à jouer son rôle dans le microcosme politique de la RDC.

 C.O

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via