Office des Routes :  Affaires 800 retraités sans indemnité des sorties, le DG MUTIMA SAKRINI foule au pied les orientations du gouvernement central  

Un climat mal sain entretenu par l’actuel DG de l’Office des Routes MUTIMA SAKRINI règne depuis quelques temps au sein de cet établissement public.

Au menu, son refus catégorique d’écouter les différents conseils de syndicat en rapport avec la mise en retraite de plus de 800 agents sans paiement de leur indemnité de retraite.

Et ce, malgré qu’une correspondance lui a été adressée par le Syndicat National de l’Office des Routes (SYNADOR), en date du 17 juillet 2019 avec transmis copie pour information au Président de la République, au Premier ministre et à d’autres instances de la Nation.

Comme si cela ne suffisait pas, en date 25 juillet 2019, une énième correspondance faisant suite à une lettre adressée par le SYNADOR au Cabinet du Premier ministre pour la même affaire, lui sera cette fois-ci adressée par le service de Bruno TSHIBALA enfin d’examiner minutieusement ce dossier en joignant dans une sorte de concertation.

Signalons que l’Inspection Général du Travail, l’intersyndical de l’Office des Routes,5 délégués des candidats éligibles à la retraite pour un accompagnement sur le paiement des décomptes finals dans les conditions édictées par la Loi et la Convention Collective de l’Office des Routes y compris les représentants de Cabinet du Ministre d’Etat, Ministre du Travail et Prévoyance Sociale ainsi que ceux du Ministre des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction ont fait de ladite concertation.

Force et de constater que jusqu’au moment où nous couchons ces quelques lignes, MUTIMA SAKRINI qui se considère comme « l’homme fort » de l’Office des Routes a refusé de se conformer à la lettre du cabinet du Premier Ministre.

La Primature est revenue sur ce même dossier en lui signifiant le caractère important d’organiser ladite rencontre, le 20/08/2019. Malgré ces différentes correspondances, MUTIMA SAKRINI campe toujours sur sa position.

MUTIMA SAKRINI s’illustre par une gestion calamiteuse

A en croire nos fins limiers, il existe aucun plan de gestion dans l’entreprise pour la bonne marche de cette machine.

A ceci, il sied d’ajouter la destruction systématique du dispensaire de l’office des routes en faveur de son hôpital « RIVIERA » qui a connu une ascension vertigineuse depuis son avènement à la tête de l’Office des Routes. Il a, aussi été constaté l’installation d’un réseau mafieux et de corruption au sein de l’entreprise qui se caractérise par le fait d’accorder à certains cadres des missions de service sans impacts et cela à plusieurs reprises.

A titre d’illustratif, les missions de services effectuées par le président syndical national TSHIBOMU ainsi que son chef de département général d’administration (DAG).

Dans le cadre de cent jours du Chef de l’Etat, a-t-on appris de la même source, il a détourné le fonds prévu pour les travaux en province.

Pour preuve, aucune province n’a exécuté à 60 % les travaux prévus dans ces cents jours.

Retraité de la SNEL, MUTIMA SAKRINI est à la base du retard connu dans l’exécution de projet de saute-mouton. Et ceci suite à un manque d’une bonne étude au préalable.

Nous reviendrons sur ce même dossier.

BNC

Share via