13 NOVEMBRE À LA MAISON BLANCHE : VOICI L’AGNEAU DE DIEU QUI ÔTE LES PÉCHÉS DU FCC.

13 NOVEMBRE À LA MAISON BLANCHE :

VOICI L’AGNEAU DE DIEU QUI ÔTE LES PÉCHÉS DU FCC.

Du haut de l’Assemblée générale de l’ONU, l’un des chefs d’États hyper puissant en course pour un second mandat crucial a clairement dit: L’avenir n’appartient pas aux globalistes mais aux patriotes qui aiment leurs pays et l’intervention américaine à l’étranger se fera que s’il estimait avoir un intérêt directe dans cette intervention.

Et son nouvel allié dans la même logique, a à son tour dit: Nucléaire, tous le monde ou personne.

accompagnant officieusement le même langage du président américain mais un peu plus dure et directe.

En réalité, les deux messages ne disent qu’une seule chose, que les USA feront maintenant des choses qui ne respecteront nécessairement plus le droit international par rapport aux decisons internationales qu’ils ont jusqu’ici acceptées par droit international, pour appliquer de grès et de force ce qu’ils veulent exactement en désaccord ou pas de la volonté du droit international.

Et dans ce même ordre idée, vu que le contexte concerne la crise international qu’il Ya entre les USA et l’Iran pour laquelle chaque État doit prendre position, l’allié le président turc Recep Erdogan va alors déclarer officiellement la guerre contre tous ceux qui ont dépassés la ligne rouge illégalement en ce procurant l’outil qui consiste au nœud de la crise du déséquilibre du système international en faveur ce jour, des ennemis de l’ordre mondiale, à savoir l’arme nucléaire.

pointant du doit les États de sa propre région grace à ce, qui font monter le terrorisme et le déséquilibre mondial à savoir l’Iran, la Syrie, l’Irak, le Liban, le Yémen…

or, rien étant au hasard en diplomatie, c’est depuis Les Nations-Unies que les deux dirigeants se sont rencontrés eux et leurs conseiller spéciaux respectifs à la sécurité, pour mettre en place un plan d’action directe de commencement des hostilités tant attendues par les USA dont aujourd’hui la politique des USA au Moyen-Orient constitut le frein pour un probable second mandat tant convoité pour le président américain Donald Trump.

Cette Situation, alimentée à la source par des États alliés africains fournisseurs des matières premières prohibées à la mafia et au blanchissement des États du Moyen-Orient dont la RDC de Mr Joseph Kabila et sa toute sa kabilie, constituant aujourd’hui des gros partenaires de la mafia et du blanchiment des capitaux. Une solution ou une action au Moyen-Orient qui inclue immédiatement l’affaiblissement physique des alliés africains directes pour laquelle les USA ont donné assez du temps au nouveau président congolais Félix Tshisekedi qui a promis déboulonnage et fin de la corruption du système décrié par Les USA dont malheureusement il est lui-même en coalition.

10 mois de pouvoir, c’est assez suffisant pour les américains pour voir un réel changement en RDC allant dans le sens de mettre la main contre les kabilistes, Les juger pour leurs faits et mafias et les condamner pour ainsi affaiblir le renforcement morale , matériel et stratégique des États hostiles de l’ordre international au Moyen-Orient.

malheureusement pour les USA, Mr Félix Thisekedi leur a payé en monnaie de singe en coallisant avec la même kabilie, laissant volontier cette kabilie à reprendre toutes les commandes stratégiques de l’État tout en continuant sans inquiétude leurs affaires mafieuses avec ces États hostiles des USA, jurant en plus sur les médias n’engager aucune justice contre les kabilistes ni fouinner dans leurs passé pour soi disant préserver la paix, et pire faire plutôt aujourd’hui le lobbying auprès de cette même communauté internationale dont les USA pour lever les sanctions leurs infligées suites à leurs actes passés encore fraiche dans les mémoires du monde entier.

Chose qui sera conclut à New-york entre les deux chefs d’États américain et Turc qui se rêveront encore le 13 novembre à la maison blanche, dans lequel un plan de déclenchement des hostilités militaires dans la région, commençant par le proche syrien, ensuite l’Irak, le Yémen avec la bande du Hezbollah et enfin l’Iran.

Un plan Militieux stratégiquement élaboré a été mis en place, où les président turc déclenchera l’action sous une observation imprécise à premier temps par le président américain jusqu’à ce que les éléments allié dans lesquels sont incorporés des marines américains et des commandos Anglais avec l’appuie du premier ministre de la sentinelle Boris Johnson, prendront le majors contrôle de la région et neutraliseront chaque base militaire, scientifiques, et nucléaires de ces États hostiles des USA avant l’assaut finale contre l’Iran tout au long de cette période allant d’octobre à novembre 2020, car comme il est connu de tous et cruciale pour le président américain, ce sera les élections pour second mandat dont l’opinion americaine marque un rouge sur la probabilité de Trump a avoir un second mandat suite à sa politique internationale dominée par la situation au Moyen-Orient qualifiée de faible et improductive.

Or, comme un chien en ragé, Trump a promis un changement radicale de ton et de politique extérieure américaine durant cette période jusqu’aux élections.

Ce changement, a d’abord et avant tout commencé et frappér Mr Félix Tshisekedi, par des réunions des stratégiques dans laquelle pour Trump, Mr Félix est un partenaire inutile dans un grand pays stratégique du monde, d’où le changement progressif et radicale de ton contre ses initiatives et actions et promesses jugées inutiles et dangereux pour une possible réélection.

chose qui amènera le président américain avec toute son équipe à écarter un par un tous les partenaires stratégiques unitiles à savoir Mr Didier Reynders, Mr Benjamin Netanyahou, un autre prochain au Moyen-Orient toujours avant d’arriver à Mr Félix Tshisekedi ou un coup de balaie mettra lui et ses partenaires dehors de l’appareil de l’État, et cela tout au long de cette période des hostilités au Moyen-Orient.

Il n’est dont pas question pour Les USA que le système Kabila demeure plus de deux ans au pouvoir avec comme protecteur Mr Félix Tshisekedi incapable de mener des réformes exigées par les USA pour l’intérêt des USA, car Trump n’a que faire du peuple congolais, c’est lui et l’Amérique d’abords.

C’est même dans cette même ordre idée que les partenaires américains de la maison blanche ont clairement fait voir au prix Nobel de la paix congolais le docteur mukwege l’urgence de mener une contre démarche de celle de Mr Félix Tshisekedi pour exiger la mise en place d’un tribunal international pour juger les faits de Lemera et des tous les kabilistes contrairement à la demande de protection et la levée des sanctions que mène Mr Félix Tshisekedi.

Une démarche qui a énervé le président américain au point qu’il a instruit le trésor américain de voir dans quelle mesure en rajouter encore d’autres cette fois-ci et dans le CACH et dans le FCC qui entravait la mise en application d’une justice réparatrice exigée à Mr Félix Tshisekedi et des faits des corruptions.

chose qui a amené l’envoyé spécial américain pour les grands-Lacs à apporter le message à Mr Félix Tshisekedi depuis les USA, que ceux-ci ne lèveront les sanctions sous aucune manière que ce soit et en rajouteront plutôt d’avantage.

Et quoi soit le forcing des lobbies juives pro Joseph Kabila en Europe pour obtenir des européens ne fût-ce que la levée partielle des sanctions, cette démarche est vouée en échec d’avance sous le fond, car tous système monétaire des États du monde est soumis au système américain, donc faudra réinventer la roue pour obtenir gain de cause.

Cette offensive, le President russe le connait bien, depuis sa rencontre dernière avec le président américain où comme le veut la coutume des puissants, les deux hommes se sont ouvertement parlé sur les dividendes des intérêts que chacun de leurs États a à avoir a à gagner de plus dans la reconfiguration du nouvel ordre international.

Le président Poutine ne fait que l’observation de façade dans une région dont il bougera aucun doigt lorsque les USA lanceront l’assaut par les alliés contre l’Iran et Cie, tout à attendant impatiemment son temps de revanche. il désapprouve officiellement certe les politiques américaines mais c’est dans ces actes qu’il faudra le juger, et il Ya un au doit interpeller précisément Mr Félix Tshisekedi et ses partenaires.

Connaissant parfaitement ces choses, Mr Joseph Kabila et son mentor Mr Paul Kagame, qui ont une expérience des conséquences chaque événement du système international contrairement à Mr Félix Tshisekedi qui n’est plutôt entouré que des margoulins, incapable d’avoir un centre d’intelligence spécial des experts et excellents surtout de la politique et sécurité internationale, ses deux partenaires sont conscients de la détermination du président américain ont aussi leur carte bien planifié depuis le jour où Mr Félix Tshisekedi a déclaré aux USA pour plaire aux américains qu’il allait déboulonner le système Kabila, ce plan consiste alors à devancer et surprendre les USA avant que ceux-ci les surprennent.

càd, Si Jamais les USA tentaient quoi que ce soit avec l’appuie de Félix Tshisekedi contre eux, ils effaceront Félix Tshisekedi bien avant cette tentative, pour laisser un vide et une équation aux américains tout en s’attendant au pire. Mais aussi , si les USA tentaient quoi que ce soit contre eux avec Félix Tshisekedi, ces sont eux qui toujours refaireront les cartes et écarterons Félix, mais si c’est Félix Tshisekedi seul qui tente que ce soit, alors ils le suicideront tous et perdont tous, pour que ce qui arrivera par la suite arrive. donc Mr Félix Tshisekedi n’est un agneau qui sera crucifié pour le salut de tous.

Chose que les USA savent parfaitement et par humaniste essai de faire comprendre à Félix Tshisekedi d’avoir le courage de se débarrasser d’eux bien avant sachant ce plan de crucifixion.

Un sénateur américain estime même que Félix Tshisekedi pourra faire quelque chose sans que ce plan de crucifixion lui arrive s’il prenait courage et aller demander soutient et intervention militaire en Angola pendant que lui restera là bas, et même si la kabilie l’accusait de haute trahison, son acte sera salué et appuyé par tous le peuple congolais et toute la communauté internationale.

Les deux semaines passées en dehors du pays présagées déjà une peur dans le chef de Félix Tshisekedi à affronter Kinshasa, qu’il est a été obligé de faire un passage clandestin en France et en Belgique pour des garanties.

Voilà pourquoi, Voyant la rapidité des événements, d’abord la pression américaine sur la Belgique pour accuser le président du sénat congolais, et le déclenchement des hostilités tant annoncé au Moyen-Orient par le président turc, les partenaires de Mr Félix Tshisekedi qui sont prêt à tout, ont immédiatement imaginer le scénario qui pourrait peser sur eux s’ils laissaient une seule minute au hasard, car si dans leurs plan Mr Félix Tshisekedi ne fera pas non plus 5 ans pour être remplacer de facto par le président du sénat, pour reprendre l’absolutisme du pouvoir comme convenu dans leur accord verbal de kingakati, or l’absence forcée du président du sénat endicaperrait le plan du moment où son vice qui est un pro Félix Tshisekedi aurait le poste, chose à éviter à tout prix, d’où lancer immédiatement le plan de crucifixion de l’agneau pour le salut de tous avant avant que l’imprévu n’arrive dans ce contexte du commencement de l’offensive américaine/Turque.

Rien à avoir avec un quelconque discours nationaliste de mourir pour la paix à l’Est du pays, c’est plutôt le langage de Nyangalaka dit à bruxelles, qui a avait constituée toute une réunion stratégique Rwandaise chez l’un des ministres rwandais du gouvernement, avec tous les occupants et infiltrées rwandais dans les institutions pour finir chez le boss avec une colère suite à un excès des ailes de Mr Félix Tshisekedi. des menaces ouverts seront alors depuis ce jour là, fait aux proches et fonctionnaires à la présidence, comme en témoignent plus d’un.

Il faut en finir directement, l’agneau doit être crucifié, y compris ses plus proche disciples et son âne.

Le Jour du Golgotha, pourtant préparé depuis, personne des alliés ne vient, seulement l’agneau et ses disciplines et son âne, pour lui tout est normal, c’est lui le président.

Encore des discours nationalistes, rien à faire c’est peut-être son dernier?

tout est normal, l’avion du protocole doit décoller avant l’agneau comme à la coutumé, chose étrange, c’est toujours l’équipage russes et ukrainien qui contrôle le tonnage exacte mais ce jour là, c’est un autre Mr de la suite de l’agneau qui contrôle, il fait entrer plus des tonnages, des enfants, des journalistes, toute la sécurité personnelle, la voiture, et des armes à feu dans le même avion mais pas lui, lui il reste.

une heure après, prenant son vole, l’agneau apprend que l’avion de ses disciplines vient de connaître un crash, quoi? il suspecte quelque chose, panique totale, il veut rester, mais non, vous devez monter aussi. il refuse, mais l’ont n’insiste, il monte, et bizzarement comme par intuition, un de ses disciples demande qu’on vide l’avion de ses poids d’urgence avant tout décollage, d’autres refusent mais il insiste tellement que ces autres trouvent que leur refus devenaient suspects, alors ils obéissent et décharge l’avion, puis en décollant l’agneau apprend qu’en plus crash, il y avait incursion des ba kata Katanga au nord. Katanga, la panique est alors totale, l’épouse de l’agneau est en larme, l’agneau pris, et les disciples prient, Dieu merci, ils arrivent à Kinshasa seine et sauve, mais c’est des nouvelles têtes de la sécurité qui l’accueil, il voit son conseiller à la sécurité et son autre collaborateur d’un oeil suspect, et c’est la poudre d’escampett jusqu’à la cité de l’OUA sans âne.

Immédiatement, c’est le message de condoléances venant de partout pourtant aucune enquête n’est encore ordonné, bizarre. qui et comment tous ces gens savent que tous ses disciplines sont morts?

une réunion du conseil de ministre rapide est convoquée, il faut cacher encore des choses, mais instruit qu’on mette la main sur tous son protocole sécuritaire pour leurs interroger.

un autre ordre venu d’ailleurs, pas d’enquête internationale pour protéger la souveraineté du pays.

Et le lendemain c’est le président Brazzavillois Sassou nNgesso qui envoie un message via son ministre des affaires étrangères: tu peux encore sauver ta vie si tu le décides, ces gens ne te ferront aucun cadeau, soit prudent, évites trop des mouvements.

Puis Bizzarement, sans qu’on puisse les demander, c’est l’ambassade Russe qui fera un communiqué officiel expliquant que l’un des équipiers à bord de l’avion était un Russe mais condamné en Russie pour mafia. une fuite avant qui gouvernement Russe s’innocente dans cette action, dont il connaissent l’ampleur, voilà la haute diplomatie du président Poutine que nous avons énoncé au début.

Mais la grande observation, est que tous le monde dont la communauté internationale ne se limite qu’à présenter des condoléances, mais personne de demande une enquête internationale non plus.

pour dire que pareille situation, une perte de Mr Félix Tshisekedi en ce moment n’est guerre une priorité pour la communauté internationale qui semblent avoir aucun ressentiment sur cet événement dont la CIA détient depuis le samedi soir tous les contours,

mais silence radio.

seulement un ex cadre de la politique américaine pro Félix Tshisekedi, qui arrivera quand-même à dévoiler diplomatiquement ce que les services des sécurités américains détiennent déjà: il faut renforcer la sécurité de Mr Félix Tshisekedi contre les membres de sa coalition gouvernementales avec des faux sourires.

Un message qui annonce les couleurs du début du commencement de la fin.

Mais en finalité que faire?

C’est lui l’agneau de Dieu qui doit ôter les péché du FCC.

Share via