La Cimenterie Nationale de KIMPESE attend une réaction de la part du chef de l’État pour sa réhabilitation

Cela fait maintenant 130 mois équivaut à 10 ans et 10 mois d’impaiement à la cimenterie nationale. Bien que le manque de production de cette usine créée en 1974 sous l’ordre du maréchal MOBUTU ; ces employés continuent d’entretenir les outils de production. Ils gardent espoir de voir un repreneur, redonner à nouveau un prestige à cette usine. L’usine a arrêté sa production depuis 2011, un arrêt de travaux dû à une pénurie de carburant ; depuis elle n’a jamais repris sa production.

Quelque 300 employés viennent sur le site y compris le directeur sans être payés, sans recevoir de budget. Ils viennent quand même, produisant parfois avec les moyens de bord un peu de poudre de calcaire. Avec la faillite de la CINAT, la RDC avait connu la rareté et la hausse du prix du sac de ciment pendant une période. Malgré que des cimenteries privées aient pris la relève, en l’occurrence, la CILU, CMKO, PPC, la production actuelle n’arrive toujours pas à satisfaire la demande intérieure. Mais, le prix du ciment à sensiblement baissé à Kinshasa où le sac de 50kg se vend à environ 8 USD. Voilà pourquoi, le pays recourt toujours depuis un certain temps à l’importation du ciment.

 

Les employés de la Cimenterie Nationale attendent vivement un geste de soulagement de la part du président Félix TSHISEKEDI.

Dans une perspective de la reconstruction nationale due à l’avènement d’un nouveau président de la République, la réhabilitation de la CINAT devient un impératif pour répondre à la demande intérieure afin de résorber le déficit et préserver les devises pour les importations du ciment.

 

PLAMERDI LANDU

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via