Lamuka : l’absence de J.P Bemba et de Katumbi a affaiblit l’opposition congolaise (marche de 17 janvier)

L’Opposition politique en République démocratique du Congo ne fait que se fragiliser. Cela s’observe dans la coalition politique « Lamuka » où ses leaders sont de nouveau divisés. Il s’agit d’une dissension consommée. L’absence du parti de Moïse Katumbi et de celui de JP Bemba, dans la marche d’hier 17 janvier 2023, y accentue la crise. Tout se complique. L’opposition politique congolaise peine à se mettre ensemble pour faire mouche. Il s’agit d’une plateforme politique où les poids lourds de l’opposition sont divisés. La divergence des vues enregistrées ne font que fragiliser l’opposition. Un problème qui renforce la coalition FCC-CACH.

Déterminés à marcher pour dire non aux tueries à Beni et à barrer la route au plan de balkanisation de la RDC, Martin Fayulu et Adolph Muzitu respectivement leaders de la coalition Lamuka, condamnent le silence de Moïse Katumbi et de J.P Bemba. Quant au fait, à Kinshasa, la marche non autorisée par le gouverneur a été également empêchée. Martin Fayulu qui était en tête de la marche lancée à Masina avec le coordonnateur de Lamuka, Adolphe Muzito a été contraint de regagner son domicile sous escorte de la police. Par contre à Goma (Nord Kivu), la manifestation autorisée s’est déroulée sous l’encadrement de la police.

Martin Fayulu, Adolphe Muzito et plusieurs autres opposants ont appelé à la marche pour dire non au « projet de Balkanisation » ainsi que montrer leur solidarité aux victimes des tueries dans l’Est du pays. Même si la marche « d’indignation » de Lamuka s’est déroulée normalement à Kikwit sans l’encadrement de la police, il importe de signaler que dans d’autres provinces, il n’y avait pas marche. Car, la majorité de personnes n’y avaient pas pris goût. Donc, la mobilisation était faible sur toute l’étendue du territoire national, la non participation du MLC et de l’Ensemble pour le changement a connu un impact pour la fragilisation de cette marche.

Par ailleurs, le silence de Moïse Katumbi et de J.P Bemba laisse entendre qu’ils ne partagent plus le même point de vue que le camp d’Adolph Muzitu et Martin Fayulu. D’autant plus qu’on sait que chacun à sa stratégie qu’il fignole pour s’imposer. Ce qui fragilise ainsi l’opposition en RDC.
Martin Fayulu Madidi annonce la suite de sa tournée à l’intérieur du pays. D’ici fin janvier, celui qui continue de réclamer sa victoire à la dernière présidentielle prévoit de se déplacer à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Équateur. « Du 12 au 13 février, nous allons organiser un forum sur l’intégrité territoriale de la RDC. Avant cela j’irai à l’intérieur, l’étape suivant c’est Mbandaka, à l’Équateur. Certainement ce mois-ci », a annoncé à Martin Fayulu. Le vendredi 17 janvier, Lamuka avait appelé à une marche dite « d’indignation » pour dire non au « projet de Balkanisation » ainsi que montrer leur solidarité aux victimes des tueries dans l’Est du pays.

Nyota KASUKU

Share via