Patrick Mbeko: Bon, le juge a raconté sa vie et a dit le droit à la manière congolaise.

On s’y attendait. Sikoyo, j’aimerai tout de même savoir où sont passés les 48 millions de dollars détournés du projet des maisons préfabriquées ? Que disent les enquêtes judiciaires ? Traçabilité, zéro. Idem pour la preuve du blanchiment d’argent. Partant, on se demande comment le tribunal a-t-il pu établir que les biens de Vital Kamerhe ont été acquis grâce à l’argent détourné, que lui le tribunal n’a pas réussi à retracer ? « C’est l’intention qui compte », arguent les juges et certains juristes du Congo à démocratiser. Et que se passera-t-il si le libanais Jammal Samih venait à remplir sa part du contrat avec l’État congolais en livrant les maisons préfabriquées restantes ? Sala droit na Congo, o mona makambu…

Pour les uns, c’est l’État de droit qui est en marche; pour les autres le procès était politique. Dans tous les cas, le seul gagnant de tout ce cirque est connu… pour les initiés bien entendu. Il observe de loin, sourit en voyant certains Congolais se tordre de joie à l’annonce de la condamnation de Vital Kamerhe. Il connaît les Congolais par cœur; il sait qu’il est facile de les détourner de l’essentiel avec un procès bidon. Le maître de jeu n’a pas encore dit son dernier mot. Je parie même que ses hommes sont en train de lire présentement l’article 75 de la Constitution qui dit : « En cas de vacance pour cause de décès, de démission ou pour toute autre cause d’empêchement définitif, les fonctions de Président de la République, à l’exception de celles mentionnées aux articles 78, 81 et 82 sont provisoirement exercées par le Président du Sénat. » Ce n’est pas Alexis Ntambwe Mwamba qui dira le contraire…

Pour le reste, j’ai vu un juge très tendu, se perdant parfois dans ses notes. Ce qui m’amène à avancer qu’il n’est pas l’auteur de la note (décision) qu’il a lue. Ça sautait aux yeux. Tout porte à croire que ce jugement a été rédigé ailleurs et qu’on a demandé au juge de le « réciter » en reprenant ce qu’avaient dit le Ministère public et la partie civile au moment du réquisitoire.
Avec la décision de ce 20 juin, le procès Vital Kamerhe vient de commencer…

Share via