LA DÉMISSION OU LA RETRAITE QUE CACHE LE VOYAGE DE BENOÎT LWAMBA ?

SERAIT – IL MENACÉ PAR SHINA RAMBO ?

PAR QUEL MOYEN EST – IL PARTI EN EUROPE ?

Que cherche – t – il a 74 ans ?

C’est très louche ,
Le PPRD tenterait – il de garder ses pions par les menaces de mort ?

Dino Biselele , Métaphysicien

L’Agence nationale de renseignements (ANR) a perquisitionné ce dimanche les locaux de la Cour constitutionnelle au centre-ville de Kinshasa, apprend POLITICO.CD des sources concordantes. Les services congolais de securité enquêtent autour de la confusion observée depuis plusieurs jours au sujet d’une présumée démission du président de la plus haute Cour de justice en République démocratique du Congo.

Des agents de l’ANR ont fait irruption ce dimanche à la Cour Constitutionnelle, cassant la porte principale pour s’introduire dans les locaux de la Cour. Ils auraient spécifiquement ciblé le bureau du juge-président Benoit Lwamba, confirme à POLITICO.CD un proche du juge congolais, qui n’est pas au pays. Une version corroborée par l’avocat Théodore Ngoy, dans un communiqué parvenu à POLITICO.CD ce dimanche.

« En ma qualité de Conseil habituel de Monsieur Benoit LWAMBA BINTU, Président de la Cour Constitutionnelle et Président du Conseil Supérieur de la Magistrature de la République Démocratique, je me fais le devoir d’informer l’opinion nationale et internationale que ce dimanche 12 juillet 2020, il est fait état de la présence des agents de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR, en sigle), venus à bord de deux jeeps, au siège et dans les locaux, inviolables, de la Cour constitutionnelle, comme le sont les documents et les archives de ladite Cour« , révele-t-il dans ce communiqué.

« Ils ont invité le Président intérimaire de la Cour constitutionnelle et le Directeur de Cabinet du Président de la Cour constitutionnelle, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, Monsieur Benoit LWAMBA BINTU, à se présenter aux bureaux de ce dernier, sans raisons claires et valables« , a-t-il ajouté.

Il y a une vive confusion en République démocratique du Congo autour du juge Bénoit Lwamba. Une lettre annonçant sa démission a fuité sur les réseaux sociaux, alors qu’une autre, signée par son Directeur de Cabinet, a apporté un démenti « aux rumeurs relatives à sa démission », tout en rappelant que son mandat, en cours, prend fin au mois d’avril 2021.

Selon nos informations, c’est pour enquêter autour de la situation que l’ANR a initié sa perquisition. Les services congolais soupçonnent le Directeur du cabinet du juge Lwamba d’avoir produit un faux document.

Share via