Le président de la république s’adressera à la nation ce vendredi Politiquele

Après la prestation de serment des juges constitutionnels qui s’est tenue, devant le chef de l’état, en l’absence très remarquée des présidents des deux chambres et des députés, sénateurs et ministres du FCC, le président Tshisekedi s’est décidé de parler, annonce dans un communiqué (photo), son directeur de cabinet.

« A cet effet, la 54ème réunion du conseil des ministres prévue le même jour et à la même date est reportée à une date ultérieure », précise Désire Kolongele.

Après la nomination en juillet dernier de 3 juges constitutionnels, le président de la république s’était vu opposé un refus de son partenaire du FCC, dont certains évoquaient ouvertement la violation de la constitution par le chef de l’état.

Le président du conseil supérieur de la magistrature a récemment, dans une déclaration, précisé que les désignations des magistrats s’étaient faites, « le conseil supérieur de la magistrature entendu », mais le FCC, dont le premier ministre Ilunga Ilunkamba n’avait pas contresigné les ordonnances alors qu’il était en mission au Haut-Katanga, continue de parler de violation des textes, demandant à ses élus et mandataires de ne pas prendre part à la cérémonie de ce mercredi 21 octobre.

« Le serment (prêté par 3 juges de la Cour constitutionnelle, ce mercredi 21 octobre, au Palais du peuple devant le Chef de l’Etat qui en a pris acte) est nul et de nul effet », estime le secrétaire permanent adjoint du PPRD, parti politique de Joseph Kabila.

L’adresse à la nation est très attendue, certains évoquent même déjà l’éclatement de la coalition FCC-CACH, composant le gouvernement, alors que le FCC a, à lui seul, la majorité au parlement.

Par Christian Lusakueno

Share via