TSHISEKEDI SUPPLIE LOURENÇO DE LE SAUVER.

Voyant l’échec prémédité de toutes ses cartes et tentatives issue des ses consultations, notamment renverser la majorité parlementaire qui a échoué par une contre offensive de ses partenaires du FCC en acceptant volontiers de prendre son argent pour les soudoyer mais ne pas le servir au finale ni pour se ranger tous derrière lui ni céder leur présidente de l’assemblée nationale et du sénat. Félix tshisekedi se voit des plus en plus se diriger dans un cul de sac vu la pression intense qu’il attend recevoir du peuple congolais et de la communauté internationale dans ses résolutions solides contre son partenaire Joseph kabila pour lequel l’administration TRUMP est actuellement en froid avec lui pour n’avoir pas
Prononcé directement la dissolution du parlement comme le lui avait exigé l’ambassadeur américain lors dernier discours à la nation. Et avait par peur plutôt opté la voix des consultations et du dialogue préférant le juste milieux.

Une position qui n’a plu a son partenaire qui au rythme de coup sur coup que les deux partenaires s’évertuent d’habituer le peuple congolais dans leur rivalité, a lui aussi de son côté employé les moyen fort, voir suicidaire sachant parfaitement que tôt ou tard cela allait arriver et s’y est préparé contrairement à son partenaire.

Joseph Kabila le partenaire de Félix Tshisekedi l’avait déjà fait savoir à un diplomate proche de lui un mois après avoir laissé le fauteuil à son partenaire Tshisekedi , que son alliance avec Félix Tshisekedi était le résultat d’une longue attente de le satisfaire après tant d’année des collaboration officieuse avec l’UDPS qui l’ont souvent refoulé après avoir perçue son argent et ses avantages pour le servir dans nombreux dossiers politiques brûlants depuis Ibiza venise et dialogue de la cenco.

Patient et Revanchard de nature, le choix de Félix tshisekedi à ces moments de son déclin était stratégique pour se venger à nouveau de la communauté internationale qui veulent à tout prix sa fin, mais aussi un filet piégé à l’UDPS qui l’ont longtemps escroqué et tourné en bourrique, que lui savait parfaitement que sa fin est proche mais avant qu’il ne parte, il fera tout pour ne pas aller seul, mais surtout avec l’UDPS qui l’ont beaucoup roulé. Et que si la communauté arrivera jusqu’au point d’enflammer le pays pour l’effacer pour soutenir quelqu’un d’autre après lui, il u fera face mais après que lui en finisse definitivement avec l’UDPS.

Conscient et préparé en avance à tout ce que pourra chercher à lui faire son partenaire Félix Tshisekedi au profit de la communauté internationale, Joseph Kabila avait déjà pris soin de prévenir toute la communauté internationale à travers sa lettre sur ce que sera son temps sa réaction pour soi disant remettre l’ordre à ce qu’il qualifie désordre et recule en arrière de la présidence Tshisekedi, annonçant et prédisant la répétition de la situation de 1960-1965 dans laquelle à cause des intérêts de survies les partenaires au pouvoir se sont déchirés et neutralisés jusqu’à être tous neutralisé à leur tour et balayé complément de la scène politique.

Une offensive diplomatique qui a réveillé son partenaire de son sommeil pour lui aussi renvoyer ses hommes chez les mêmes prévenus pour plaider se justifier et aussi annoncer sa détermination d’en finir avec lui.
Une position a poussé une réaction stratégique de la Russie grand allié de Kabila à renforcer les troupes en centre Afrique et en Soudan du Sud avec comme ordre de surveiller de près ce qui se passe en RDC voisin et soient prêt à intervenir pour protéger les intérêts Russes. Une position partagé par la Chine qui elle aussi ne cesse d’envoyer des émissaires et des spécialistes rencontrer le parti au pouvoir de Joseph Kabila pour leur rassurer de l’appuie indéfectible de la Chine pendant ce moment agité.

Kabila ne s’est pas arrêté là, lui qui détient encore une partie de la sécurité et des finances à ces mains, des nombreuses réunions officieuses ont lieu chaque semaine suivant les rapports de la CIA pour monter des stratégies qui feront face à son partenaire, cela a vu les révoltes internes naître au sein de l’armée congolaise qui se déchire de jour en jour dénonçant le tribalisme dans le mode de gouvernance et de la légèreté dans l’autorité de l’État.
Cela s’est encore confirmé d’avantage par la sortie médiatique du porte parole de l’armée congolaise qui au delà de sa mise au point, n’a que géostrategiquement réveillé et confirmé les soupçons d’un malaise sérieux au sommet de l’État car l’armée apolitique et soudée ne bouge pas à moindre turbulence.

Félix tshisekedi qui connaît, vie et voit autre chose que tout ce que peut lui imputer les fanatiques, n’a pas eu dénaturé choix que d’aller en urgence supplier le président Angolais de l’aider face à cette massive politique, diplomatique, stratégique et militaire que lui a lancé son partenaire Kabila qui malgré les récentes appels de se rencontrer à nouveau pour aplanir, semble lui aussi prendre sa voie comme son partenaire, sauf que la sienne serait d’un suicide collectif, à la bad boy on roule ensemble on meurt ensemble.
Sauf que tshisekedi lui n’est pas encore prêt à affronter la mort, il tient encore beaucoup à la vie lui n’est que le grand frère d’âge de son partenaire.

Plutôt que creuver, Félix tshisekedi va demander à Joâo Lourenço de l’aider, il n’a plus des nouvelles options après l’échec des ses cartes, il compte forcer la machine avec la démission de Mabunda mais rien n’est gagné, et la monté de la pression sur ce qu’il doit présenter au peuple comme conclusion l’inquiète beaucoup.
Tshisekedi demande à Joâo Lourenço de s’impliquer personnellement en faisant pression sur kabila de céder et abandonner sa massive contre lui pour faire aboutir ses consultations, et aussi lui renforcer militairement parce que il n’a plus beaucoup confiance à l’armée et les services de sécurité de son pays vu qu’avec kabila selon tout a été partagé en deux et lui garde encore les gros morceaux.
Le président Angolais Joâo Lourenço lui a seulement posé la seule condition de renoncer officiellement à son accord avec kabila comme il l’a fait avec l’annonce des consultations. C’est seulement à partir de cet acte là que l’Angola va intervenir et l’aider.

Tic tac 🔫

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via