L’indignation sélective de Noel Tshiani

Dans un extrait vidéo qui m’a été envoyé ce matin, on voit Noel Tshiani fustiger la pension mensuelle et autres avantages accordés à Joseph Kabila, et demande que cela soit revu à la baisse. Dans le même extrait, il cite en exemple un certain nombre de pays qui accordent un salaire acceptable à leurs chefs d’État, dont le Rwanda qui accorderait 85 000 $US au président Paul Kagame.

Deux observations à faire ici : 1) Tout en étant d’accord avec M. Tshiani, je trouve sa posture tout aussi hypocrite que celle des gens qui font la leçon à la Kabilie tout en tournant le regard quand vient le temps d’aborder la problématique relative aux dépenses de l’actuel régime. Depuis janvier 2019, la présidence Tshisekedi ne fait que fracasser les records en matière de dépassement budgétaire, et cela ne semble pas déranger M. Tshiani, qui préfère concentrer ses tirs sur la Kabilie. C’est son droit certes, mais une telle posture n’est pas du tout sérieuse.

Autant il est foncièrement indécent d’accorder 680.000 dollars/mois à un ancien chef d’État dans un pays qui ne produit rien et dont le caractère rachitique du budget énerve même la pauvreté, autant il est inacceptable que les tenants du pouvoir actuel dilapident les deniers publics comme ils le font, alors que la population croupit dans la misère la plus abjecte. Il faut critiquer et dénoncer le mal d’où qu’il vienne en lieu et place de verser dans une indignation sélective. La raison pour laquelle rien ne marche au Congo, c’est parce que tout le monde veut tirer profit d’une situation sans penser à la République. Le mal, ce sont les autres. Personne n’est responsable de rien. Au FCC, on accuse le CACH et au CACH on accuse le FCC. Autour de ce couple particulier gravitent des ligablos politiques et des individus pour qui la rivalité entre les deux partenaires, qui ne se sont jamais aimés, constitue une occasion en or pour se positionner politiquement. Pathétique tout ça ! Quand le Congolais apprendra-t-il à aimer son pays et son prochain ?

Deuxième point : le Rwanda n’est pas un bon exemple en matière de gestion des deniers publics. Oui, officiellement Paul Kagame gagnerait 85000 dollars US par an, mais encore faut-il préciser que l’économie du Rwanda est contrôlée par le même Kagame et son mouvement, le FPR. Une économie totalement phagocytée par le « mystérieux » fonds d’investissement Crystal Ventures, dont la mainmise sur la quasi-totalité des structures socio-économiques du pays se passe de tout commentaire. Le jour où Kagame sera renversé, on réalisera alors que le Rwanda comme pays ne possède pas grand-chose. Citer le salaire du Président rwandais en exemple est une grave erreur.

Pour finir, l’aversion pour Joseph Kabila et le FCC ne devrait pas faire perdre la raison aux uns et aux autres…

Je bois mon lait nsambarisé…. Patrick Mbeko

Share via