URGENT 🚨 FLASH , FLASH:La nouvelle commence à faire grand bruit à Kinshasa. La bagarre à la résidence du président de la République

. Le Capitaine Junior KABEYA, l’un des gardes rapprochés affecté à la résidence officielle de Félix Tshisekedi rapporte une confidence pour le moins invraisemblable. Dans la nuit du 14 février dernier aux alentours de minuit, l’équipe de garde, les GR ont entendu des cris et du vacarme, des objets qui volaient dans tous les sens. Ce brouhaha provenait de la chambre à coucher même du couple présidentiel.
Ils se sont vite rendus compte qu’une violente bagarre éclatait entre la première dame Denise Nyakeru et son époux Félix Tshisekedi. Qui pouvait le croire ? Inimaginable ! Alerté, le Colonel Mbweshi, le commandant et chef de la sécurité arriva en trombe au pied de la porte. Junior KABEYA poursuit,  » on entendait des enfants affolés crier au loin  » arrête Papa, arrête  » . Médusés, les gardes rapprochés, raconte Junior, ne pouvaient intervenir puisque n’ayant pas l’autorisation de franchir le seuil de la porte. Des coups de fils entre membres de famille pleuvent. Ce qui semblait être la voix du président ne cessait de répéter  » Na ko boma yo »
Quarante minutes plus tard, c’est l’une des tantes du Président, Sylvie Ngalula, la cadette parmi les frères et sÅ“urs d’Étienne Tshisekedi, surnommée MAMU, qui arriva dans une Jeep Toyota de Marque Vanguard, couleur rougeâtre en compagnie des deux de ses fils, Alain et Mutombo. Ils sont entrés avec précipitation pour tenter de calmer le couple en furie.
La tante et ses fils ont dû passer la nuit là.
Christian, l’un des frères du président, nous a tous réunis, nous qui étions de garde, y compris le Colonel Mbweshi, explique le Capitaine Junior. Il nous a remis à chacun 1000 $ sur fond de menace afin que cette affaire ne soit pas connue du grand public. â›” Nous avons dû changer le nom du Capitaine afin de le protéger.

Share via